aller au contenu

Cookies sur les sites web de l'UE

Notre site web utilise les cookies dans le but unique d'améliorer votre visite sur notre site. Nous ne les utilisons pas pour récolter vos données personnelles mais uniquement pour nos statistiques de fréquentation. Pour en savoir plus sur les cookies en général, notamment sur leur gestion et leur suppression, visitez le site http://www.allaboutcookies.org/fr/

Continuer
 
 
 
11/10/2016

Prix Sakharov 2016 : découvrez les finalistes

Les finalistes 2016
Les finalistes 2016

Can Dündar, journaliste et défenseur de la liberté d’expression en Turquie, Moustafa Djemilev, chef de file des Tatars de Crimée, Nadia Murad Basee et Lamiya Aji Bashar, survivantes yézidies de Daesh, sont les finalistes pour le Prix Sakharov 2016. Ils ont été dévoilés suite à un vote en commissions des affaires étrangères et du développement ce mardi 11 octobre. Le lauréat sera sélectionné par le Président du Parlement européen et les Présidents des différents groupes politiques le 27 octobre.

 .



Can Dündar

L’ancien rédacteur en chef du quotidien turc Cumhuriyet Can Dündar a été arrêté en novembre 2015 après la publication par son journal d’images montrant les services de renseignement turcs fournissant des armes de contrebande aux rebelles syriens. Can Dündar a été condamné à cinq ans et dix mois de prison pour « divulgation de secrets d’État ». Il a survécu à une tentative d’assassinat et vit aujourd’hui en exil.

Can Dündar a été nominé par le groupe des verts / alliance libre européenne, le groupe Europe de la liberté et de la démocratie directe et le groupe de la gauche unitaire européenne / gauche verte nordique.

Pour Marie-Christine Vergiat, députée française du groupe gauche unitaire européenne / gauche verte nordique, Can Dündar est « un symbole des attaques faites à la liberté de la presse en Turquie ». La députée verte allemande Ska Keller a évoqué « un symbole vivant de la liberté de pensée ». Le député italien Fabio Massimo Castaldo, du groupe Europe de la liberté et de la démocratie directe, a souligné que d’autres journalistes avaient également été arrêtés en Turquie : « En nominant Can Dündar, nous récompensons tous ceux qui font preuve d’un courage similaire », a-t-il expliqué.

Moustafa Djemilev

Moustafa Djemilev se bat pour les droits de l’homme et des minorités depuis plus d’un demi-siècle. Ancien président de l’Assemblée des Tatars de Crimée, ancien dissident soviétique et député ukrainien, il est déporté avec sa famille à l’âge de six mois en Asie centrale. Comme beaucoup d’autres Tatars de Crimée, il ne pourra rentrer que 45 ans plus tard. Suite à l’annexion de la Crimée par la Russie, il est à nouveau interdit de territoire.

Il a été nominé par le groupe du Parti populaire européen et des Conservateurs et Réformistes européens.

Le député démocrate-chrétien polonais Jacek Saryusz-Wolski a salué la « lutte incessante de Moustafa Djemilev pour la liberté et les droits de l’homme ». Tunne Kelam (PPE, Estonie) a ajouté qu’il était « un homme qui ne s’engage pas seulement pour les droits des Tatars en Crimée, mais aussi pour les droits des Ukrainiens ». Le député conservateur britannique Charles Tannock a souligné « le long parcours de lutte de Moustafa Djemilev contre la tyrannie et l’oppression communiste ».  

Nadia Murad Basee et Lamiya Aji Bashar

Nadia Murad Basee et Lamiya Aji Bashar sont des défenseuses de la communauté yézidie et rescapées de l’État islamique. Originaires de Kocho, un village irakien massacré par Daesh au cours de l’été 2014, elles font partie des milliers de jeunes filles et de jeunes femmes enlevées et forcées à l’esclavage sexuel.

Elle ont été nominées par les groupes de l’Alliance des démocrates et libéraux pour l’Europe et de l’Alliance Progressiste des Socialistes et Démocrates au Parlement européen.

« Ces deux jeunes femmes symbolisent ce qu’il y a de meilleur dans l’esprit de l’Europe et dans le monde », a estimé la députée libérale espagnole Beatriz Becerra Basterrechea. Leur nomination pour le Prix Sakharov de cette année « rend hommage à toutes les femmes et les filles victimes de conflits, et à toutes les minorités religieuses touchées par des génocides », a déclaré le député démocrate socialiste autrichien Josef Weidenholzer.

Prochaines étapes

La Conférence des Présidents annoncera le ou les lauréats le 27 octobre.

Le Prix Sakharov : honorer les défenseurs des droits de l'Homme

Le Prix Sakharov pour la liberté de l’esprit est décerné chaque année par le Parlement européen. Il a été créé en 1988 pour honorer des personnalités collectives ou individuelles qui s’efforcent de défendre les droits de l’homme et des libertés fondamentales.

L'année dernière, le Prix a été attribué à Raif Badawi, blogueur saoudien et défenseur des droits de l'homme. Il est l'auteur du site web Free Saudi Liberals. Arrêté en 2012, il a été condamné à 10 ans de prison, à 1000 coups de fouet et à une lourde amende pour avoir insulté les valeurs de l'Islam sur son site.

Les nominations peuvent être faites par un groupe politique ou par 40 députés minimum. Les commissions parlementaires des affaires étrangères et du développement votent pour choisir, parmi les nominés, les trois finalistes. Ensuite, c'est à la conférence des présidents de choisir le lauréat.

 .
 
Plus d'informations sur le Prix Sakharov