aller au contenu

Cookies sur les sites web de l'UE

Notre site web utilise les cookies dans le but unique d'améliorer votre visite sur notre site. Nous ne les utilisons pas pour récolter vos données personnelles mais uniquement pour nos statistiques de fréquentation. Pour en savoir plus sur les cookies en général, notamment sur leur gestion et leur suppression, visitez le site http://www.allaboutcookies.org/fr/

Continuer
 
 
 
28/06/2016

Les députés demandent un Brexit rapide pour mettre fin à l'incertitude et une réforme profonde de l'UE

Le Royaume-Uni doit respecter la volonté de la majorité de ses citoyens, entièrement, pleinement et le plus rapidement possible, en se retirant officiellement de l'Union européenne avant que tout accord sur une nouvelle relation ne puisse avoir lieu, dit le Parlement européen dans une résolution votée après un débat en séance plénière extraordinaire mardi. Les députés soulignent également le besoin urgent de réformes pour veiller à ce que l'Union soit à la hauteur des attentes de ses citoyens.

Après un débat entre les dirigeants des groupes politiques du Parlement européen, le Président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, et la ministre néerlandaise, Jeanine Hennis-Plasschaert, représentant la présidence tournante de l'Union européenne, le Parlement a voté une résolution sur la voie à suivre après le référendum du Royaume-Uni le 23 juin. Le texte a été approuvé par 395 voix en faveur, 200 voix contre, avec 71 abstentions.

Le Parlement appelle le gouvernement britannique à respecter la décision démocratique de son peuple par le biais d'une mise en œuvre rapide et cohérente de la procédure de retrait, à savoir en activant l'article 50 du Traité sur l'Union européenne afin de permettre que les négociations de retrait débutent dès que possible.

Pour éviter l'incertitude préjudiciable à tous et protéger l'intégrité de l'Union, le Premier ministre britannique devrait notifier le résultat du référendum au Conseil européen des 28-29 juin afin de lancer dès que possible la procédure de retrait et les négociations, exhortent les députés.

Les députés rappellent que l'approbation du Parlement pour l'accord de retrait et toute relation future est requise en vertu des traités, et qu'il doit être pleinement associé à toutes les étapes des différentes procédures.

Annuler la présidence britannique du Conseil de l'UE en 2017

Le Parlement demande également au Conseil de modifier l'ordre de ses présidences afin d'éviter que le processus de retrait n'affecte la gestion des affaires courantes de l'Union. Il est prévu que le Royaume-Uni assure la présidence lors du second semestre 2017. Le Parlement modifiera également son organisation interne afin de refléter la volonté des citoyens du Royaume-Uni de se retirer de l'Union européenne.

Avenir de l'UE

Les défis actuels exigent une réforme pour rendre l'Union "meilleure et plus démocratique", et pour "répondre aux attentes des citoyens", insistent les députés. "Alors que certains États membres peuvent décider d'intégrer l'Union plus lentement ou à un degré moindre, le noyau dur européen doit être renforcé et les solutions à la carte devraient être évitées", dit le texte.

 
Revoir les déclarations des intervenants lors du débat en session plénière