aller au contenu

Cookies sur les sites web de l'UE

Notre site web utilise les cookies dans le but unique d'améliorer votre visite sur notre site. Nous ne les utilisons pas pour récolter vos données personnelles mais uniquement pour nos statistiques de fréquentation. Pour en savoir plus sur les cookies en général, notamment sur leur gestion et leur suppression, visitez le site http://www.allaboutcookies.org/fr/

Continuer
 
 
 

Projection gratuite du film lauréat du Prix LUX 2012 "La Petite Venise" - Cinéma Le Louxor, le 12 mai 2014

Le Bureau d'Information en France du Parlement européen a organisé lundi 12 mai 2014, au cinéma Le Louxor une projection débat du film Prix LUX 2012, "La petite Venise" d'Andrea Segre. Pour le débat qui a suivi la projection, le Bureau avait pris le parti de choisir une thématique ciblée sur le droit des travailleurs immigrés en Europe.

 

Pour ce faire, un très grand travail de collaboration  a été réalisé en amont de l'événement avec plusieurs associations et collectifs travaillant sur ce sujet : le GISTI, la FASTI, le Collectif Sans Papiers 75 (CSP 75), le Collectif Sans Papiers 93 (CSP 93). Nous avons sélectionné ensemble trois témoignages très divers de personnes immigrées en situation précaire, pour présenter un panel le plus représentatif sur la situation des travailleurs et de leurs droits.

Après la projection du film d'Andrea Segre, Virginie Guiraudon, Directrice de recherche au CNRS a lancé le débat en présentant les trois témoins : un jeune ivoirien qui a créé son entreprise de nettoyage et qui est également le responsable de la délégation CSP 75 19ème; une jeune femme sénégalaise qui a fui le Sénégal face aux violences et menaces qu'elle subissait sur place et qui ne bénéficie toujours pas du statut de réfugié, et pour finir un retraité algérien qui se retrouve sans papiers parce qu'il a quitté le territoire français trop longtemps. Ces témoignages ont été un moment très émouvant car ces personnes ont révélé leur grande souffrance, leur grande déception face à une situation qu'ils ne comprennent pas, dans un pays comme la France, où les droits de l'Homme sont très prégnants.

Virginie Guiraudon a ensuite fait le lien entre la législation européenne,  les témoignages et les images du film. Elle a donné la parole aux députés européens présents : Jean-Marie Cavada (PPE), Hélène Flautre (Verts-ALE), Patrick Le Hyaric (GUE) et Henri Weber (S&D).

Les trois premiers ont travaillé pendant la dernière mandature au sein de la commission parlementaire Libertés civiles, justice et affaires intérieures (LIBE). Malgré leurs divergences politiques, ils sont tombés d'accord sur le fait que les Etats membres ne remplissent pas leur rôle de protection de ces personnes qui connaissent une situation de plus en plus vulnérable et précaire. Henri Weber a, quant à lui, clôturé le débat en se remémorant sa carrière et sa trajectoire de vie, qui a été ponctué d'anecdotes et de positions politiques qui ont évolué comme a évolué la démographie européenne et africaine.  

Faute de temps, les participants n'ont malheureusement pas pu poser les nombreuses questions aux eurodéputés, mais tout le monde a considéré que ce sujet vaudrait bien un grand moment d'échanges tant avec les personnes en difficulté, les associations concernées, les universitaires et chercheurs ainsi que les députés européens. Le Bureau réfléchit déjà au format que pourrait prendre une telle manifestation.

Un web documentaire, tourné par Vincent Lequeux de Touteleurope.eu tout au long du débat, fera la synthèse de cette soirée riche en échanges et sera bientôt disponible sur cette page.

 .

Pour plus d'informations : raphael.briot@europarl.europa.eu - catherine.burckel@ep.europa.eu