aller au contenu

Cookies sur les sites web de l'UE

Notre site web utilise les cookies dans le but unique d'améliorer votre visite sur notre site. Nous ne les utilisons pas pour récolter vos données personnelles mais uniquement pour nos statistiques de fréquentation. Pour en savoir plus sur les cookies en général, notamment sur leur gestion et leur suppression, visitez le site http://www.allaboutcookies.org/fr/

Continuer
 
 
 
29/04/2015

Initiative pour l'emploi des jeunes : un milliard d'euros pour lutter contre le chômage

Un milliard d’euros de fonds européens pour aider les États membres à mettre au travail jusqu’à 650 000 jeunes sera délivré en 2015 grâce aux modifications des dispositions du Fonds social européen approuvées par le Parlement ce mercredi. Ce financement de l'initiative pour l'emploi des jeunes renforce l'argent du Fonds social européen (FSE) dans les États membres dont les régions voient le chômage des jeunes dépasser 25%.

Elisabeth Morin-Chartier (PPE)
Elisabeth Morin-Chartier (PPE)

"Nous sommes dans une course contre la montre, et c'est l'Europe qui met un coup d'accélérateur pour l'emploi des jeunes! Le défi était d'obtenir un accord massif et rassembleur dans un temps record: cela montre que lorsque nous agissons avec détermination, l'Europe est efficace!", a déclaré Elisabeth Morin-Chartier (PPE, FR), qui a piloté le processus législatif au Parlement.

Le nombre des 15-25 ans sans emploi qui ne suivent ni études ni formation grandit de façon alarmante, en particulier dans les États membres qui ont la plus grande difficulté à obtenir le financement européen de programmes. Par conséquent l'octroi anticipé des fonds est d'une importance primordiale.

Le financement de l'initiative pour l'emploi des jeunes pour la période 2014-2020 est de 3,2 milliards d'euros, auxquels s’ajouterait une dotation d’au moins 3 milliards d’euros supplémentaires des allocations des États membres reçues du Fonds social européen. En février de cette année, la Commission a adopté 28 des 34 programmes opérationnels mettant en œuvre l'initiative pour l'emploi des jeunes et tous pourraient donc recevoir un tiers des allocations dès que les règles modifiées entreront en vigueur.

La mise à disposition déjà cette année d’un milliard d'euros dans le cadre de l'initiative pour l'emploi des jeunes va stimuler la contribution de l’UE aux coûts des projets de 1-1,5% jusqu'à 30%. Mais cela n'est pas de l'argent neuf, puisque les fonds avaient déjà été mis de côté pour l'initiative pour l'emploi des jeunes.

Les pays bénéficiant de l'initiative sont la Belgique, la Bulgarie, la Croatie, Chypre, l’Espagne, la France, la Grèce, la Hongrie, l’Irlande, l’Italie, la Lettonie, la Lituanie, la Pologne, le Portugal, la République tchèque, la Roumanie, le Royaume-Uni, la Slovaquie, la Slovénie et la Suède.

Les États membres seront en mesure de lancer les projets dont ils ont besoin mais les opérations dans le cadre de cette initiative devraient être mises en œuvre d'ici la fin 2018. Les progrès sur le terrain dans les premières années seront cruciaux pour le succès global de l'initiative.

Compte-rendu de la conférence de presse d'Élisabeth Morin-Chartier sur l'Initiative pour l'emploi des jeunes, le 29 avril à Strasbourg, suite à l'adoption de son rapport en plénière :

Le chômage des jeunes entre 15 et 25 ans représente un problème majeur dans l'Union européenne (UE). 25% d'entre eux (soit un jeune sur quatre) n'ont pas de travail, et ce, avec ou sans diplôme.

Les inégalités sont très importantes entre les États membres. Ainsi, l'Allemagne, l'Autriche et les Pays-Bas ont un taux de chômage des jeunes d'environ 8% tandis que 56% des jeunes Espagnols ne trouvent pas d'emploi. L'exemple de certaines régions grecques dans lesquelles près de trois quarts des jeunes sont au chômage (72%) est significatif. Si l'on ajoute à ces chiffres, ceux du chômage des jeunes entre 25 et 30 ans, le nombre de jeunes à la recherche d'un emploi double.

Les modifications apportées au Fonds social européen (FSE) concernant les jeunes :

Deux axes majeurs pour les jeunes dans le FSE :

- une politique de fond incarnée par la garantie pour la jeunesse, valable pour tous les jeunes dans l'UE

- l'Initiative pour l'emploi des jeunes destinée aux régions avec un taux de chômage des jeunes supérieur à 25%.

Le problème principal était celui du préfinancement des programmes pour l'Initiative pour l'emploi des jeunes. L'UE préfinançait jusqu'alors à hauteur de 1%. Désormais, le préfinancement de ces programmes s'élèvera à 30%.

L'adoption de ce rapport par le Parlement avec une majorité importante (92%) est un signal fort aux États membres

Élisabeth Morin-Chartier se félicite de la rapidité et de l'efficacité du travail des différentes institutions. En quatre mois, le texte aura été voté et adopté par le Parlement et le Conseil. Les premiers fonds devraient être versés fin mai. L'eurodéputée considère que ces records de rapidité sont dus au partage des informations avec les autres rapporteurs, institutions et groupes politiques. Elle se réjouit de la quasi-unanimité obtenue au sein de la commission Emploi et affaires sociales et note que seuls deux eurodéputés du Front national ont voté contre.

D'ici la fin de l'année, la Commission devra produire un rapport sur l'utilisation des fonds pour s'assurer que l'UE est sur la bonne voie pour " dégripper " le problème du chômage des jeunes.


Elisabeth Morin-Chartier débattra de l'avenir de l'emploi des jeunes en Europe le 4 mai à Rennes, avec des lycéens en filière professionnelle et en présence des eurodéputés Jean Arthuis (ADLE), Isabelle Thomas (S&D) et Pascal Durand (Verts/ALE).

Débat du 4 mai à Rennes sur l'emploi des jeunes
 
Le rapport d'Élisabeth Morin-Chartier sur l'initiative pour l'emploi des jeunes