aller au contenu

Cookies sur les sites web de l'UE

Notre site web utilise les cookies dans le but unique d'améliorer votre visite sur notre site. Nous ne les utilisons pas pour récolter vos données personnelles mais uniquement pour nos statistiques de fréquentation. Pour en savoir plus sur les cookies en général, notamment sur leur gestion et leur suppression, visitez le site http://www.allaboutcookies.org/fr/

Continuer
 
 
 

La jeunesse européenne en 2016 - Eurobaromètre spécial du Parlement européen

Le lecteur trouvera ci-dessous les résultats d'une enquête Eurobaromètre consacrée à la jeunesse européenne et réalisée dans les 28 États membres de l'Union européenne auprès de 10.294 jeunes de 16 à 30 ans entre le 9 et le 25 avril 2016. Son analyse est publiée à l’occasion du European Youth Event (EYE2016) organisé par le Parlement européen du 20 au 21 mai 2016 à Strasbourg.

Principaux enseignements :

1. Un sentiment d’exclusion dû à la crise

• Plus de la moitié des jeunes Européens ont le sentiment que, dans leur pays, la jeunesse a été marginalisée et exclue de la vie économique et sociale par la crise (57%).

• Ce sentiment d’exclusion concerne une majorité absolue de répondants dans 20 pays, avec toutefois d’importantes disparités nationales, allant jusqu’à 66 points d’écart. Sans surprise, les taux sont très élevés dans les pays les plus touchés par la crise, et qui connaissent un fort chômage des jeunes.

• Toutefois, sur une autre question, on constate qu’au niveau européen peu de jeunes se sentent réellement contraints de quitter leur pays en raison de la crise (15%). Si ce chiffre paraît faible, les résultats nationaux sont très disparates et il en résulte que parmi ces 15%, la majeure partie (80%) se sent mise à l’écart de la vie économique et sociale de son propre pays.


2. Un système éducatif national jugé adapté au monde du travail dans 19 États membres

• Au niveau européen, une majorité absolue de jeunes (59%) juge que le système éducatif de leur pays est adapté au monde du travail actuel. Parmi ces répondants, on retrouve notamment les jeunes des pays où la jeunesse s’estime le moins mise à l’écart de la vie économique du fait de la crise. En revanche, dans 9 pays, il existe une majorité pour répondre par la négative à cette question.


3. Les jeunes Européens peu enclins à voyager pour étudier ou trouver un emploi

• Une grande majorité des jeunes Européens (61%) ne souhaite pas aller étudier, suivre une formation ou travailler dans un autre pays de l’UE, pour 32% qui le souhaitent.

• Les résultats de l’enquête montrent d’ailleurs qu’ils voyagent peu à des fins de formation ou d’emploi. Ainsi, on voit qu’on niveau de l’UE, 88% des jeunes de 16 à 30 ans n’ont jamais voyagé dans un autre pays de l’UE pour étudier ou travailler.


4. L’importance d’apprendre ce qu’est l’UE et de voter aux élections européennes
    
• Pour 90% des répondants, il est important d’apprendre aux jeunes Européens ce qu’est l’UE et la façon dont ses institutions fonctionnent.

• Pour plus de la moitié des jeunes Européens (51%), le vote aux élections européennes est la meilleure façon de participer à la vie publique dans l’UE.


5. Une part importante de la jeunesse considère les réseaux sociaux comme vecteur de démocratie

• Très utilisateurs du web et des réseaux sociaux, les jeunes Européens considèrent en majeure partie que les réseaux sociaux en ligne représentent « un progrès pour la démocratie, car ils permettent à tous de participer au débat public », à 46%.

• Pour 27%, en revanche, les réseaux sociaux sont vus comme « un risque pour la démocratie, en raison de la mauvaise utilisation qui peut être faite des données personnelles ».

• 16% des sondés répondent spontanément que les réseaux sociaux représentent autant un risque qu’un progrès.


6. La jeunesse, acteur important du développement durable

• La jeunesse européenne a massivement adopté des gestes quotidiens de préservation de l’environnement et de lutte contre le changement climatique, à commencer par le tri systématique des déchets (63%), la réduction de la consommation de produits jetables (47%) et la réduction de ses consommations d’eau et d’énergie (46%).