aller au contenu

Cookies sur les sites web de l'UE

Notre site web utilise les cookies dans le but unique d'améliorer votre visite sur notre site. Nous ne les utilisons pas pour récolter vos données personnelles mais uniquement pour nos statistiques de fréquentation. Pour en savoir plus sur les cookies en général, notamment sur leur gestion et leur suppression, visitez le site http://www.allaboutcookies.org/fr/

Continuer
 
 
 

Zbigniew Adamczyk (Marseille - Pologne)

Difficile de résumer toutes les vies de Zbigniew Adamczyk. Footballeur professionnel en Pologne, journaliste sportif, écrivain, maître nageur, sauveteur... Sans compter les personnalités qu'il a croisées : les légendes du sport bien sûr, qu'il côtoie comme correspondant en France pour le journal polonais « Tempo », Hinault, Noah, Jacquet, ou encore ses idoles Yvan Lendl ou Josip Skoblar. Mais ce natif de Czestochowa âgé de 54 ans a également bénéficié des cours de philosophie de Karol Wojtyla, le futur Jean-Paul II, et a travaillé les dialogues de son livre « Les hommes enragés » en collaboration avec Roman Polanski.

"Le plus important est la liberté d'esprit, de penser et de voyager que
connaissent désormais les Polonais"

Toutes ces histoires, Zbigniew Adamczyk les raconte volontiers, même si à l'occasion d'un souvenir douloureux, son âme slave monte trop fort à ses yeux métalliques.

Zbigniew Adamczyk a quitté la Pologne à 30 ans, « déraciné trop tard », au terme de sa carrière de milieu défensif à Cracovie, un Capes de professeur de sport et un diplôme de journalisme en poche, pour suivre sa femme française. « Je considérais l'écriture comme une mission », se souvient-il. « Mais à travers le journalisme, j'ai également découvert l'incroyable machine de propagande du régime de l'époque.

Après mon arrivée en France, je souffrais pour mon pays où venait d'être déclaré l'état de guerre. Mon livre, écrit à cette époque, évoque le désespoir des Polonais ». Installé durant des années à Brives, Zbigniew Adamczyk a repassé le Capes sans abandonner son rôle de correspondant pour la presse polonaise : « J'ai essayé de faire connaître des sports exotiques pour les Polonais, comme la pétanque ou le rugby. Mais je couvrais également toute l'actualité française. Je me suis notamment intéressé à l'histoire des Français d'origine polonaise. Peu de gens savent ici que 40.000 d'entre eux sont morts pour la France Libre durant l'Occupation ».

Habitué des couloirs du stade Vélodrome pour son travail, Zbigniew Adamczyk s'est installé à Marseille en 2000, exerçant son métier de professeur de sport dans
l'établissement privé catholique Toursainte.

« Pour moi, l'éducation physique est l'école des règles de la vie », commente-t-il. Ce travailleur infatigable profite de ses vacances estivales pour animer et surveiller la piscine municipale de La Garde-Freinet. Le soir, il peaufine la pièce de théâtre pour enfants commandée par le ministère de la Culture et qui sera créée au théâtre Toursky, à Marseille.

Désormais franco-polonais, Zbigniew Adamczyk se réjouit du retour de son pays d'origine dans la famille européenne grâce à l'élargissement de 2004. « Nous faisons partie depuis toujours de l'histoire et de la culture européenne, nous sommes Slaves et notre alphabet est le même que le vôtre », conclut-il. « C'est une joie de voir qu'aujourd'hui la Pologne se développe économiquement. Mais le plus important est la liberté d'esprit, de penser, de dialoguer et de voyager que connaissent désormais les Polonais ».