aller au contenu

Cookies sur les sites web de l'UE

Notre site web utilise les cookies dans le but unique d'améliorer votre visite sur notre site. Nous ne les utilisons pas pour récolter vos données personnelles mais uniquement pour nos statistiques de fréquentation. Pour en savoir plus sur les cookies en général, notamment sur leur gestion et leur suppression, visitez le site http://www.allaboutcookies.org/fr/

Continuer
 
 
 

Pascal Deschaseaux

Après une carrière de cadre supérieur dans l'industrie pharmaceutique, Pascal Deschaseaux est l'un des fondateurs de Pharmaxon sur le campus de Luminy à Marseille. Cette société de biotechnologie travaille sur de futurs médicaments incroyablement prometteurs. L'Europe est l'un des principaux soutiens des recherches menées par Pharmaxon au travers du concours de création de technologies innovantes, du Programme Cadre de Recherche et de Développement et du réseau de recherche NeuroNE.

Pascal Deschaseaux
Pascal Deschaseaux

Médecin, ancien cadre supérieur de l'industrie pharmaceutique et aujourd'hui l'un des fondateurs de Pharmaxon, entreprise de biotechnologie installée sur le campus de Luminy à Marseille, Pascal Deschaseaux est, à 46 ans, au faîte d'un parcours sans faute.

Ce père de trois enfants a d'abord gravi les échelons dans plusieurs laboratoires, le temps d'accumuler expériences et diplômes et de voyager à travers le monde. Après avoir été conseiller stratégique de sociétés de biotechnologies, il prend la présidence de Pharmaxon en septembre 2004, société qu'il créée avec Jean-Chrétien Norreel, jeune chercheur en neurosciences, et Geneviève Rougon, directrice de l'Institut de Biologie du Développement de Marseille.

«Pharmaxon réunit aujourd'hui une quinzaine de collaborateurs. Nous nous positionnons sur le créneau des biotechnologies, d'où proviennent aujourd'hui 40% des nouveaux médicaments », raconte ce grand gaillard polyglotte, intarissable sur les perspectives tout bonnement incroyables de ces recherches. «Nous travaillons sur la mobilité des cellules, autour de trois programmes principaux », s'enthousiasme-t-il. «Un premier traitement concerne les lésions traumatiques de la moelle épinière. Il sera injecté au contact de la moelle dans la suite de l'accident, afin de favoriser la repousse des cellules nerveuses lésées. Il pourrait permettre de retrouver une partie de la motricité ou d'autres fonctions atteintes.

Nous obtenons des résultats très encourageants sur des souris et des rats, qu'il faudra bien sûr confirmer. Notre second axe a trait aux troubles de la mémoire, liés ou non à des démences séniles de type alzheimer. Nous avons déjà constaté des améliorations très nettes sur des souris âgées. Enfin, nos recherches portent sur le glioblastome, un cancer du cerveau particulièrement redoutable ».

Il faut au moins sept ans et des montants importants entre le moment où le traitement est découvert et sa mise sur le marché. Pharmaxon sollicite aujourd'hui les investisseurs pour contribuer à sa croissance et augmenter son capital, afin de passer au stade des études chez le patient atteint de lésion médullaire dès 2008. L'Europe soutient ces recherches. La société a été par deux fois lauréate du concours de création de technologies innovantes du Ministère de la Recherche, dont le Fond Social Européen est partenaire.

Pharmaxon a également bénéficié de financements dans le cadre du 6ème Programme Cadre de Recherche et de Développement de la Communauté Européenne (PCRD) entre 2002 et 2006 et concourt à la nouvelle session de ce PCRD. A travers le 6ème PCRD, la société est membre du réseau d'excellence européen « NeuroNE », un maillage de vingt-deux équipes de recherches académiques et de cinq sociétés biotechnologiques spécialisés dans les nouvelles thérapies pour les maladies dégénératives et les lésions du système nerveux. «NeuroNE nous apporte une vision sur la recherche de pointe dans des domaines connexes sur tout le continent », conclut Pascal Deschaseaux. «De nouvelles collaborations européennes peuvent en naître».

En savoir plus : L'Union européenne et les thérapies innovantes
Le Fond Social Européen soutient le concours national de création de technologie innovante dans le cadre de l'objectif n°3, « Moderniser les politiques d'éducation, de formation et d'emploi », au titre de l'axe 4, « Adaptation des travailleurs, esprit d'entreprises, recherche, innovation, technologie », notamment sa mesure 7, «Développer l'esprit d'entreprise et favoriser la création d'activités et de l'innovation».
PARLEMENT EUROPEEN

 

En savoir plus :

L'Union européenne et les thérapies innovantes

Le Fond Social Européen soutient le concours national de création de technologie innovante dans le cadre de l'objectif n°3, « Moderniser les politiques d'éducation, de formation et d'emploi », au titre de l'axe 4, « Adaptation des travailleurs, esprit d'entreprises, recherche, innovation, technologie », notamment sa mesure 7, «Développer l'esprit d'entreprise et favoriser la création d'activités et de l'innovation».
PARLEMENT EUROPEEN